Le SMASH laisse le CTC avec ses doutes